Catégories
Intermédiaire macOS

Installer macOS sur un nouveau disque SSD

Vous avez remplacé le disque dur de votre Macbook par un SSD, bien plus rapide que le HDD traditionnel ? Votre iMac se traine depuis l’installation de la dernière mise à jour de macOS ? Un disque en panne, vous avez changé la pièce en achetant un SSD

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, vous avez besoin d’installer le système d’exploitation macOS à son état d’origine, à partir d’un nouveau disque. Ce tutoriel explique comment installer macOS / Mac OS X sur un disque dur ou disque SSD, après remplacement du disque d’origine du Macbook, iMac ou Mac mini.

Cela fonctionne avec les dernières versions de macOS et Mac OS X : Catalina, Mojave, High Sierra, Sierra, El Capitan, Yosemite, Mavericks, Mountain Lion, Lion.

 

Réinstaller Mac OS sur SSD ou disque dur neuf

1. Remplacer physiquement le disque du Macbook, iMac ou Mac mini.

2. Démarrer l’ordinateur avec le classique bouton Power et appuyer sur la combinaison de touches command + R (ou cmd + R sur les anciens modèles). Si cela ne fonctionne pas, éteindre et relancer la machine en appuyant plusieurs fois sur ces deux touches.

3. Sélectionner un réseau wifi pour donner un accès internet au Mac. Ceci n’est pas nécessaire si utilisation d’un câble réseau sur le port Ethernet, le chargement du logiciel est automatique.

4. Indiquer le mot de passe (clé de sécurité) du wifi et patienter le temps du chargement.

5. Sélectionner la langue désirée, « Utiliser le français comme langue principale » :

6. Demander à « Réinstaller Mac OS X » ou « Réinstaller macOS » selon la version du Mac. S’il ne s’agit pas de la dernière version, une mise à jour sera proposée ultérieurement.

7. Répondre aux quelques question faciles posées par l’assistant d’installation, en précisant au passage sur quel disque installer le système d’exploitation.

 

En cas d’utilisation d’un disque dur ou SSD d’occasion

Si le disque fraichement installé n’est pas neuf, donc vierge de toute partition, il peut y avoir une erreur lors de la réinstallation. Si tel est le cas, une fois dans les Utilitaires Mac OS, choisir « Utilitaire de disque » pour supprimer les partitions et formater le disque afin de le préparer pour recevoir macOS.

Catégories
Intermédiaire Windows 10 Windows 8.1

Savoir si un disque dur / SSD est MBR ou GPT

Pour réinstaller Windows sur un ordinateur, la procédure est normalement assez simple. On peut par exemple restaurer Windows 10 ou démarrer sur une clé USB afin de refaire une installation propre du système d’exploitation. Mais on peut se retrouver face à une erreur de disque invalide. En cause, le Bios récent qui impose un type de disque GPT au lieu de MBR. Ce guide explique les quelques différences entre MBR et GPT, ainsi qu’un tutoriel pour voir si votre disque dur ou SSD est de type GPT ou MBR.

MBR

Le Master Boot Record (MBR) est le premier secteur de démarrage d’un disque dur. Une information vitale pour que le Bios sache ce qui se trouve sur le disque et démarre le système d’exploitation. Sous Linux, le programme d’amorçage s’appelle GRUB. Disque dur traditionnel (HDD) ou disque SSD, pas de différence liée au type de disque. Pareil si le disque est branché en interne dans l’ordinateur ou s’il est raccordé en USB (boitier externe ou via un adaptateur SATA USB). La limitation de taille du MBR est de 2To par disque.

GPT

GPT, pour GUID Partition Table, est associée aux Bios de type UEFI. La limite de 2To tombe et permet un nombre illimité de partitions (Windows gère jusqu’à 128 partitions). Sur les ordinateurs récents (Bios UEFI), le type de disque est GPT. Par contre les disques de données peuvent toujours être de type MBR. Disque dur HDD, disque SSD et clé USB peuvent être au format GPT.

Voir le type de disque GPT ou MBR

1. Sur Windows 10 et 8.1, faire un clic droit sur le bouton Démarrer et choisir Gestion des disques.

2. Une fenêtre « Gestion des disques » s’ouvre et n’affiche pas encore l’information désirée. Aller dans le menu Affichage, Haut et Liste des disques.

3. L’affichage est modifié et une colonne indique le « Type de partitions » de chaque disque connecté à l’ordinateur : MBR ou GPT selon le format du disque dur / SSD.

4. On voit immédiatement quel type de partitions est configuré sur les disques de la machine. Le « Disque 0 » correspond normalement au disque dur principal du PC, là où est installé le système d’exploitation. La seule difficulté sera d’identifier de quel disque il s’agit, basé non pas sur la lettre du lecteur (Disque local C: par exemple) mais sur la capacité affichée.

Conversion GPT / MBR

Il est possible de convertir un disque GPT en MBR et un disque MBR en GPT. Les deux opérations nécessitent l’effacement complet du disque (formatage).

Catégories
Intermédiaire Windows 10

Convertir un disque dur MBR en GPT

Les ordinateurs récents avec Bios UEFI peuvent nécessiter l’utilisation d’un disque dur (HDD) ou d’un disque SSD au format GPT. Microsoft indique « Les disques d’enregistrement de démarrage principal (MBR) utilisent la table de partition BIOS standard. Les disques de table de partition GUID (GPT) utilisent l’interface UEFI (Unified Extensible Firmware Interface). Les disques MBR ne prennent pas en charge plus de quatre partitions par disque. La méthode de partition MBR n’est pas recommandée pour les disques supérieurs à deux téraoctets (To). » Pour les disques de 3, 4To ou plus, le type de partition GPT est donc indispensable mais cela peut aussi être le cas pour les cartes mères, les ordinateurs (portables et fixes) équipés d’un Bios très récent en UEFI. Tous les constructeurs sont concernés : Dell, HP, Lenovo, Acer, Toshiba, Asus

Ce tutoriel explique comment faire une conversion de disque au format GPT. Cette procédure fonctionne avec un disque interne ou externe branché en USB. Disque dur traditionnel (HDD) et disque SSD sont compatibles. Les clés USB peuvent aussi être converties en GPT. Il est possible de réaliser cette opération avec Windows 10, 8.1, 8, 7 et même Vista ou XP. Les versions Windows Server peuvent aussi convertir un disque en GPT mais on préférera utiliser un poste de travail plutôt qu’un serveur de production. L’action de conversion MBR vers GPT est très rapide, seulement quelques minutes sont nécessaires pour mener à bien cette procédure.

Remarque : cette opération va effacer la totalité des données et des partitions du disque dur qui sera converti en GPT. Il est donc essentiel de sauvegarder les fichiers avant de suivre ce tutoriel.

 

Convertir un disque MBR en GPT depuis Windows 10, 8, 7

1. Ouvrir un Invite de commandes (cmd) sur l’ordinateur.

2. Ecrire « diskpart » et valider par Entrée pour ouvrir l’utilitaire Diskpart dans une nouvelle fenêtre.

3. Dans le programme Diskpart, taper « list disk » pour afficher la liste des disques durs connectés à l’ordinateur. On ne met pas de « s » même s’il en affichera plusieurs.

4. Indiquer à Diskpart de travailler sur le bon disque en écrivant « select disk 0 » (ou autre chiffre). Attention à ne pas se tromper de numéro.

5. Taper « clean » pour supprimer les partitions du disque dur ou SSD. Un message indique que le disque a été nettoyé.

6. Ecrire « convert gpt » pour lancer l’opération de conversion MBR vers GPT.

7. Diskpart a correctement converti le disque sélectionné au format GPT. Taper « exit » pour sortir de l’application Diskpart et fermer l’Invite de commandes cmd.

Catégories
Intermédiaire Windows 10

Convertir un disque dur GPT en MBR sous Windows

Certains Bios d’ordinateurs fixes et portables peuvent imposer un certain type de partition sur les disques durs présents dans la machine (essentiellement pour le disque principal sur lequel se trouve le système d’exploitation. Peu importe la marque de l’ordinateur (Dell, HP, Lenovo, Acer, Toshiba, Asus… ou assemblé soi-même), tous les PC récents ont cette contrainte de demander un disque au format GPT (Bios UEFI). Mais pour les postes plus anciens, le format MBR est fréquemment utilisé.

Ce tutoriel explique comment faire la conversion d’un disque au format MBR depuis un PC sous Windows, pour réinstaller un système d’exploitation par exemple. Toutes les versions de Windows sont compatibles avec cette procédure (Windows 10, 8.1, 8, 7, Vista, XP) et même les éditions serveur (Windows Server 2019, 2016, 2012 / R2…). L’opération est très rapide, il faudra moins de 5 minutes pour convertir un disque de type GPT en MBR avec ce mode d’emploi.

Attention, il faut savoir que la conversion d’un disque dur ou SSD de GPT vers MBR nécessite la suppression des partitions et donc l’effacement des données qui s’y trouvent. Il n’est pas possible de conserver ses fichiers personnels après une conversion GPT vers MBR. Il est donc indispensable de sauvegarder les fichiers présents sur ce disque avant de réaliser l’opération.

 

Convertir un disque GPT en MBR depuis Windows 10, 8, 7

1. Sur l’ordinateur allumé et fonctionnel avec Windows opérationnel, ouvrir un Invite de commandes (cmd).

2. Taper « diskpart » et valider par Entrée.

3. Taper « list disk » pour afficher les disques durs connectés au PC, qu’ils soient branchés en interne ou sur un port USB.

4. Ecrire « select disk 0 » (ou autre numéro de disque) pour travailler sur le bon disque dur. Par défaut, le disque principal de l’ordinateur est le 0. Bien que « Disque 0 » soit écrit en français, il faut bien taper la commande en anglais « select disk 0 » ou autre chiffre.

5. Saisir « clean » pour effacer toutes les partitions et données de ce disque.

6. Taper « convert mbr » pour convertir le disque en MBR. L’opération est immédiate et un message confirme le bon déroulement de l’action : « Diskpart a correctement converti le disque sélectionné au format MBR »

7. Taper « exit » pour quitter Diskpart. Fermer l’Invite de commande cmd.

Catégories
Intermédiaire Windows 10

Savoir si un PC est équipé d’un disque dur HDD ou d’un SSD

Quand on fait quelques recherches, on s’aperçoit rapidement que les disques « SSD » sont beaucoup plus rapides que les disques durs classiques, dits HDD pour Hard disk drive. Mais comment savoir si son ordinateur est équipé d’un tel disque ultra rapide ?

De base, sur un ordinateur récent, si le disque local C fait moins de 300Go, on peut supposer qu’il s’agit d’un SSD. S’il fait plus de 600Go, voire 1To, c’est à presque à coup sûr un disque dur traditionnel. Mais cela ne suffit pas à identifier si la machine est animée par l’un ou l’autre disque, surtout si vous avez acheté un ordinateur très haut de gamme.

Ce tutoriel a été réalisé sur Windows 10, en sachant que toutes les mises à jour du système d’exploitation proposent la même procédure pour réaliser ces opérations. Cela fonctionne également avec Windows 8 et 8.1 mais la procédure est différente avec Windows 7 ou les différentes versions de Windows Server.

 

Disque dur ou SSD ?

1. Depuis Windows 10, faire un clic droit sur le bouton Démarrer (en bas à gauche) et choisir « Gestionnaire de périphériques » :

2. Déplier la ligne « Lecteurs de disque » en cliquant sur le chevron « > » :

3. Taper la référence du (ou des) disque(s) dans Google ou Qwant pour savoir s’il s’agit d’un disque dur (HDD) ou d’un disque SSD. Parmi les modèles populaires, on trouve les disques SSD Samsung (qui sont généralement identifiés comme ‘SSD’ dans leur appellation) mais on trouvera aussi des disques traditionnels.

Dans les deux exemples ci-dessus, nous avons dans l’ordre :

  • disque SSD Samsung 250Go modèle 850 EVO
  • disque dur HDD Seagate 500Go
  • disque SSD Samsung M.2 S-ATA 1To (le SAMSUNG MZFLW1T0HMLH-000MU est installé dans le Microsoft Surface Book 2)
Catégories
Débutant

Renommer une clé USB ou un disque dur externe

Cette astuce est pratique lorsque l’on possède plusieurs clés USB ou disques durs externes, pour les reconnaitre une fois qu’ils sont branchés sur l’ordinateur. Que ce soit pour sauvegarder des fichiers, transférer des documents ou simplement pour reconnaitre sa clé parmi d’autres, il est pratique de rapidement l’identifier lorsqu’elle est connectée à un ordinateur Windows. On n’apprend pas ici à coller une étiquette sur le plastique de la clé ou du disque mais à donner un « nom informatique » à ce support amovible.

Ce tutoriel a été réalisé sur Windows 10 mais s’applique aux autres versions de Windows (8, 7, Vista, XP…) et même les versions serveur. Cela fonctionne pour les ordinateurs de bureau (fixes) ainsi que les PC portables et les tablettes équipées de Windows en version complète.

Remarque : il n’est pas nécessaire d’effacer le disque ou la clé pour réaliser cette opération. Aucune donnée de sera perdue en changeant le nom du périphérique si les étapes ci-dessous sont bien respectées.

 

Donner un autre nom à une clé USB

1. Brancher la clé USB ou le disque dur externe sur une prise USB de l’ordinateur.

2. Ouvrir l’Explorateur de fichiers Windows (icône jaune dans la barre des tâches) :

3. Dans la partie de gauche, cliquer sur « Ce PC » pour afficher les lecteurs de l’ordinateur.

4. Dans le groupe Périphériques et lecteurs, faire un clic droit sur la clé USB ou le disque dur externe (ici nommée KINGSTON) et choisir Renommer :

5. Ecrire le nouveau nom pour la clé ou le disque et valider par Entrée.

6. La clé ou le disque USB est maintenant nommée de manière plus explicite pour reconnaitre ce périphérique lorsqu’il est branché sur un ordinateur. Voici quelques exemples de noms pour personnaliser sa clé USB ou son disque externe avec un prénom, l’objectif d’utilisation du périphérique, la marque de l’appareil, sa capacité… Dans la limite de 32 caractères en NTFS pour la dernière version de Windows mais choisir un nom moins long et sans espace si ce média sera partagé avec d’autres ordinateurs, Linux et Mac.

Catégories
Divers Intermédiaire

Changer le disque dur / SSD d’un ordinateur

Votre ordinateur portable Asus n’est pas si vieux mais il est très lent ? Depuis le premier jour ou après quelques temps d’utilisation, il y a fort à parier que ce n’est pas Windows qui est en cause ou les logiciels installés, encore moins la quantité de fichiers (photos, films, musique) qui est stockée sur la machine. Dans une très grande majorité des cas, le disque dur installé dans l’ordinateur portable est un modèle de grande capacité (500Go, 1To, 2To) mais lent. Les constructeurs vendent une grosse capacité de stockage au détriment de la vitesse de ce disque (5400 tours par minute, ce qui n’est pas terrible). Et que faire d’un disque dur de 1To si l’on doit subir les ralentissements du système à chaque opération un peu lourde ? La solution se trouve dans le remplacement du disque dur d’origine par un modèle plus rapide, un disque mécanique à 7200 tours par minute, ou mieux, un disque SSD qui transformera votre ordinateur en fusée.

Nous n’allons pas voir ici les avantages d’un disque SSD par rapport à un modèle traditionnel (HDD) mais sachez que le SSD coûte plus cher qu’un disque traditionnel. Cependant, deux qualités indéniables : moins fragile (il n’y a pas de plateaux à faire tourner) et une vitesse incomparable.

Installer un disque à mémoire flash SSD est aussi conseillé pour redonner un coup de jeune à un ordinateur de quelques années. Au lieu de le jeter et d’en acheter un neuf (qui ne sera pas beaucoup mieux si vous reprenez un modèle avec disque dur traditionnel), gardez ce PC portable et installez lui un disque SSD.

Si l’opération n’est a priori pas très difficile à réaliser, elle n’est pas conseillée pour un utilisateur qui n’a jamais démonté son ordinateur ou qui n’ose pas manipuler le Bios, de peur faire une fausse manoeuvre. Pour ces personnes, il est recommandé d’être accompagné par un expert (pas par le beau-frère du boucher qui a déjà formaté son PC) ou de confier la tâche à un professionnel de l’informatique.

 

Quel disque dur est installé dans mon ordinateur ?

Tout d’abord, il faut connaitre le type de disque dur qui équipe son ordinateur. Suivre ce tutoriel pour trouver la référence du disque et ensuite la taper dans Google pour en connaitre les caractéristiques.

 

Remplacer le disque dur par un SSD

C’est bien simple : personne ne regrette l’achat d’un SSD. Alors, pourquoi pas vous ?

Quelques modèles conseillés :

Avec Windows 10 et les logiciels récents, acheter un SSD de 120Go n’est pas conseillé pour l’utiliser de nombreuses années. Acheter un SSD de 250Go est plus confortable et ne posera pas de problème de capacité pour installer des jeux et des programmes gourmands sur l’ordinateur.

Ouvrir quelques vis et remplacer le disque d’origine selon le modèle d’ordinateur. Autant vérifier que cela est possible avant d’acheter le SSD.

 

Cloner le système ou réinstaller Windows

La partie « système » (Windows et logiciels) de l’ancien disque peuvent être récupérés sur le nouveau SSD mais cela peut aussi être l’occasion de tout réinstaller proprement pour repartir sur une base saine. Ce sera l’option à choisir si votre système n’est plus très stable (lenteurs, plantages, bugs divers…).

Copier tout Windows et les logiciels sur le SSD (clone)

Les disques SSD de marque Samsung sont livrés avec le logiciel Samsung Data Migration pour copier l’intégralité du disque sur le nouveau. On appelle ça communément un « Ghost » en référence au logiciel Norton Ghost des années 90 / 2000. Bien sûr, le clone ne fonctionnera que si la quantité de données (espace utilisé) de l’ancien disque est inférieure ou égale à la capacité du nouveau SSD. Sinon, il faudra faire un peu de ménage et déplacer les données sur un disque dur externe. L’outil gratuit de clonage Samsung Data Migration et un tutoriel sont à lire ici.

Pour faciliter l’opération de clonage, on peut brancher le SSD en USB grâce à un adaptateur USB – disque SSD.

Tout réinstaller à zéro

1. Télécharger le fichier ISO pour installer Windows 10 dans sa dernière version.

2. Créer une clé USB d’installation de Windows 10.

3. Configurer le Bios de l’ordinateur pour qu’il accepte un nouveau système d’exploitation.

4. Installer le système Windows 10.

ou simplement ajouter le SSD en disque secondaire.

Catégories
Intermédiaire

Convertir un disque dur GPT en MBR

Selon la version du système d’exploitation auparavant installée, il peut être difficile voire impossible d’installer une nouvelle version de Windows par dessus, malgré un formatage des partitions. Cela concerne surtout l’installation de Windows (XP, Vista, 7, 8, 8.1 ou 10) sur un Bios UEFI.

Exemple : Windows 8 ou Ubuntu était installé sur le PC mais vous souhaitez mettre Windows 7. A l’écran de sélection des disques, les partitions sont invalides ou l’installation n’arrive pas à son terme. Cela peut arriver lorsqu’une partition est configurée en GPT.

L’opération est plus facile à réaliser lorsqu’il s’agit d’un disque secondaire que l’on peut brancher sur un ordinateur (en SATA interne ou en USB), mais s’il s’agit du disque dur principal de la tour ou du PC portable, la chose est plus compliquée à faire. Ce tutoriel explique de manière simple comment procéder.

Ce guide fonctionne également pour formater un disque dur sans avoir de système d’exploitation sur son ordinateur. De quoi vendre ou donner un PC sans rien dessus.

 

Convertir un disque GPT en MBR depuis l’installation de Windows

1. Charger un support d’installation de Windows, DVD ou clé USB. Peu importe la version de Windows : 7, 8, 10.

2. Démarrer sur ce support pour lancer le processus d’installation de Windows.

3. Avancer sur les premières étapes jusqu’à la question du type d’installation souhaitée : choisir la seconde option « Personnalisée (option avancée) » ou « Personnalisé : installer uniquement Windows » selon l’OS déjà installé sur le disque.

4. La liste des partitions s’affiche. Dans le cas où plusieurs disques seraient connectés, faire attention de ne pas supprimer le mauvais disque dur (identifié par Disque 0, Disque 1, etc).

5. Appuyer sur MAJ + F10 (Shift + F10). La touche Majuscule est celle en forme de flèche vers le haut, pas le cadenas. Cela ouvre un Invite de commandes, caractérisé par son écran noir.

6. Taper « diskpart » pour lancer l’utilitaire Diskpart de Windows.

7. Ecrire « list disk » pour afficher les disques durs connectés au PC. Dans cet exemple, un seul disque de 20Go.

8. Taper « select disk 0 » (ou autre numéro de disque) pour travailler sur le bon disque dur. Par défaut, le disque principal de la machine est le 0.

9. Saisir « clean » pour effacer toutes les partitions de ce disque.

10. Ecrire « convert mbr » pour convertir le disque au format MBR. L’opération est immédiate.

11. Sortir de Diskpart en tapant « exit » et fermer l’Invite de commandes en retapant « exit » .

12. De retour à l’écran de sélection des disques pour installer Windows, cliquer sur le bouton Actualiser. Une seule partition vierge apparait pour le disque sur lequel diskpart a travaillé : Espace non alloué sur le disque 0

13. Le disque dur est maintenant vide de toute partition. On peut y installer un système d’exploitation, le vendre, le transformer en disque de stockage ou de sauvegarde, etc.

Catégories
Intermédiaire

Ajouter un disque dur dans un ordinateur

Il est assez facile d’ajouter un second disque dur dans un ordinateur de bureau. Les PC fixes ont souvent un emplacement libre pour installer un disque dur supplémentaire, par exemple pour augmenter la capacité de stockage de l’ordinateur.  Certains ordinateurs portables peuvent aussi accepter un second disque dur. Soit dans un emplacement dédié pour un disque dur ou SSD de format 2,5 pouces, soit à l’emplacement du lecteur DVD avec un adaptateur.

Ce tutoriel n’explique pas comment brancher physiquement le nouveau disque (chaque machine est différente à ce sujet) mais détaille comment faire reconnaitre ce disque supplémentaire dans Windows. Sans cette manipulation, le nouveau disque dur / SSD ne sera ni visible ni utilisable dans Windows. C’est donc une opération aussi importante que le branchement physique du disque dans l’ordinateur.  Toutes les versions de Windows fonctionnent de la même manière.

 

Ajouter un nouveau disque dur dans un PC Windows

1. Ouvrir la Gestion des disques : clic droit sur le bouton Démarrer ou clic droit sur Ordinateur, Gérer.

2. Le nouveau disque apparait avec une ligne noire et est indiqué « Non initialisé » . Faire un clic droit dessus, Initialiser le disque.

3. Valider l’initialisation du disque en laissant les valeurs par défaut.

4. Faire un clic droit sur la partie indiquée « Non alloué » (barre noire) et choisir Nouveau volume simple.

5. Laisser la taille du volume proposée (pour utiliser le disque à son maximum)

6. Attribuer une lettre pour le disque.

7. Indiquer un nom au disque supplémentaire. Laisser le système de fichiers NTFS et cochée la ligne du formatage rapide.

8. Le nouveau disque est maintenant visible dans l’Explorateur de Windows.

On peut, par facilité d’usage, déplacer les bibliothèques Windows sur ce disque plus volumineux que celui d’origine.

Catégories
Intermédiaire Tutoriel Windows 10 Windows 8 Windows 8.1

Désactiver la mise en veille du disque dur

Par défaut, un ordinateur Windows va mettre en veille le disque dur après un certain temps d’inactivité. Différent de l’extinction de l’écran ou de la mise en veille de l’ordinateur, la veille du disque dur permet d’économiser de l’énergie puisque celui-ci ne tournera plus constamment.

Lorsqu’on a deux disques durs (un pour le système et un pour les données), on peut s’apercevoir que le disque secondaire « redémarre » quand on demande un accès disque.

Pour des raisons techniques (l’action éteindre/allumer tue les disques) ou de performance (pour ne pas perdre les quelques secondes du réveil), il est possible de désactiver la mise en veille des disques durs de l’ordinateur.

 

Désactiver la veille du disque dur

1. Depuis le Bureau, faire un clic droit Personnaliser.

2. Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquer sur Ecran de veille (en bas à droite).

3. Dans la partie Gestion de l’alimentation, cliquer sur Modifier les paramètres d’alimentation.

4. A gauche, cliquer sur Modifier les conditions de mise en veille de l’ordinateur.

5. Cliquer sur Modifier les paramètres d’alimentation avancés.

6. Dérouler le bloc Disque dur et Arrêter le disque dur après pour descendre la valeur à « 0 » .

7. Valider par OK pour appliquer les modifications.

Catégories
Divers Intermédiaire Tutoriel

Trouver la référence du disque dur ou SSD

Tout ordinateur, fixe ou portable, est équipé d’un disque dur pour héberger le système d’exploitation et les données. Lors de l’achat, seule la capacité totale est précisée, oubliant généralement la vitesse du disque dur et son type (disque classique HDD, SSHD ou SSD).

 

Identifier le modèle exact de disque dur

1. Avec Windows 8.1 et 10, faire un clic droit sur le bouton Démarrer et sélectionner Gestionnaire de périphériques.

Sur les anciennes versions de Windows, faire un clic droit sur l’icône Ordinateur ou Poste de travail puis « Gérer » et cliquer sur « Gestionnaire de périphériques » dans la partie de gauche.

2. Cliquer sur le petit triangle devant la ligne « Lecteurs de disque » pour voir apparaitre la référence exacte du disque installé dans le PC.

3. Taper cette référence dans Google pour trouver les caractéristiques techniques du disque. De préférence, aller sur le site du constructeur ou sur un site sérieux de vente en ligne pour trouver ces informations.

Catégories
Expert Outils Tutoriel

Gestion des disques en PowerShell

Plus puissant que l’invite de commandes, PowerShell autorise des scripts complexes et supporte des fonctionnalités avancées du système. On peut l’utiliser pour gérer disques et partitions de l’ordinateur si le tutoriel en version graphique ne suffit pas.

Les commandes indiquées sur cette page sont prévues pour PowerShell 4.0, inclut dans Windows Server 2012 R2 et Windows 8.1.

 

Commandes PowerShell pour gérer disques et partitions

Ouvrir PowerShell en Administrateur (clic droit sur l’icône, Exécuter comme Administrateur).

  • Get-Disk : affiche les disques de l’ordinateur
  • Get-PhysicalDisk : montre les disques durs physiques du PC
  • Get-StoragePool : affiche les pools de stockage du serveur
  • Initialize-Disk : initialise un nouveau disque ajouté à la machine (faudra ensuite le formater)
  • Format-Volume –DriveLetter D –FileSystem NTFS : formate le disque ou la partition D en NTFS
  • Format-Volume –DriveLetter D –FileSystem NTFS  -NewFileSystemLabel DATA : formate le disque D en NTFS avec pour nom DATA
  • Optimize-Volume –DriveLetter C –Defrag –Verbose : démarre la défragmentation du disque C et affiche tous les détails de l’opération
  • Optimize-Volume -DriveLetter C -ReTrim –Verbose : optimise un disque SSD qui supporte TRIM
  • Resize-VirtualDisk : pour agrandir ou réduire un disque virtuel

Pour connaitre toutes les opérations possibles en PowerShell sur le stockage, exécuter la commande Get-Command -Module Storage | more

Le détail de toutes les commandes se trouve sur cette page TechNet.

Pour avoir tous les détails d’une commande, taper : Get-Help <commande> -Detailed
Pour en connaitre des exemples : Get-Help <commande> -Examples
Pour tout voir : Get-Help <commande> -Full

Catégories
Intermédiaire Tutoriel

Changer le disque dur d’un netbook Asus Eee PC

Les netbooks sont des petits ordinateurs portables bien pratiques mais ils sont généralement équipés d’un simple disque dur à 5400 tours que l’on peut remplacer par un modèle plus performant (7200 tours) ou par un SSD encore plus véloce.

Si l’accès au disque dur des netbooks n’est pas facilité, il faudra aussi prendre garde de lui trouver un remplaçant compatible : le disque dur d’origine ne fait que 7mm d’épaisseur contre 9,5mm en général. Cette précision est importante pour ne pas acheter un disque dur ou un SSD de taille standard et de ne pas pouvoir l’installer, faut de place.

Le format du disque est du 2,5 pouces, soit le standard des netbooks et laptops (on échappe donc au minuscule et non performant 1,8 pouce).

Sont concernés au minimum les modèles : X101CH-BLK023S (noir), X101CH-WHI024S (blanc), X101CH-PIK021S (rose), 1011PX-BLK108S (noir), 1011PX-WHI072S (blanc). Globalement, tous les Asus Eee PC X101CH et 1011PX et certainement d’autres modèles équivalents.

Si le disque dur d’origine peut convenir à la plupart des utilisateurs, on peut exiger mieux qu’un simple Hitachi 320Go en SATA 3.0Gb/s 5400RPM (modèle HTS543232A7A384) : on lui préfèrera un disque dur en 7200 tours par minute ou carrément un disque SSD pour de bien meilleures performances. Inutile de choisir un produit très haut de gamme, le plus simple des SSD sera amplement suffisant pour ce petit netbook et la différence sera flagrante. Notre choix s’est porté sur un Kingston SSDNow V300 de 60Go car la capacité importe peu sur cet ordinateur d’appoint. A savoir que ce SSD est livré avec un adaptateur pour « augmenter » son épaisseur à 9,5mm et est garanti 3 ans par le constructeur. D’autres marques sont intéressantes comme les SSD Samsung, Crucial ou Intel.

Widgets Amazon.fr

 

Accès au disque dur sur netbook Asus Eee PC

1. D’abord sortir les 7 vis sous le netbook avec un petit tournevis cruciforme.

2. Sortir la batterie et les 4 vis.

3. Démonter la partie supérieure (côté clavier) pour accéder à l’emplacement du disque dur : utiliser un petit tournevis plat pour déboiter la coque de part et d’autre de l’emplacement batterie, sous l’écran du eeePC.

Attention à ne pas casser la coque en la déboitant et à ne pas tirer trop fort car des connecteurs sont fixés entre la carte mère et le plastique.

4. On accède donc aux entrailles de l’ordinateur : il est conseillé de ne pas séparer la partie clavier du reste de l’ordinateur pour éviter toute mauvaise manipulation des nappes (connecteurs).

5. Localiser le disque dur d’origine (rectangle gris, marque Hitachi par exemple). Dévisser les 4 vis noires, glisser le disque vers le bas pour le déconnecter du port SATA. Démonter les 2 rails de chaque côté du disque dur et les fixer sur le nouveau.

6. Mettre le nouveau disque dans son emplacement, le glisser vers le haut pour le connecter et le fixer avec les 4 vis noires.

7. Refermer la coque du netbook en appuyant d’abord sur l’avant de l’ordinateur (côté touchpad) et en finissant par le haut (côté écran). Remettre les 4 vis derrière la batterie et les 7 vis sous l’ordinateur.

8. Rebrancher la batterie.

9. Pour vérifier que le nouveau disque est bien pris en compte, appuyer sur la touche F2 au démarrage du netbook pour entrer dans le Bios et regarder les propriétés du disque dur (Hard Drive).

10. Il va falloir installer un nouveau système d’exploitation : brancher la clé USB d’installation ou le lecteur DVD externe, démarrer l’ordinateur et appuyer sur la touche Echap pour choisir sur quel périphérique démarrer (ici, la Kingston DataTraveler est la clé USB d’installation de Windows 8).

 

 

Et la RAM ?

On pourrait aussi vouloir changer la mémoire vive pour augmenter la RAM de 1 à 2Go, ou plus. Mais non, ce ne sera pas possible sur les netbooks Asus X101CH et 1011PX car les modules de mémoire sont soudés à la carte mère.

 

Catégories
Intermédiaire Outils Tutoriel

Afficher ce qui prend de la place sur le disque dur

Un disque dur presque plein et impossible de trouver quels fichiers prennent tant de place ? Compatible avec toutes les versions de Windows, l’utilitaire SpaceMonger est très utile pour avoir une vue détaillée de son disque dur : les fichiers sont affichés par taille, d’un coup d’oeil on cible ceux qui sont trop volumineux. D’autres logiciels existent mais celui-ci est très léger, facile, gratuit et ne nécessite pas d’installation.

 

Télécharger SpaceMonger (gratuit)

Télécharger “Spacemonger” spacemonger.exe – Téléchargé 6729 fois – 212 Ko

Enregistrer le fichier sur le disque dur.

 

Utiliser SpaceMonger

1. Ouvrir Spacemonger.exe et cliquer sur le bouton Open en haut à gauche.

2. Sélectionner le disque dur pour lequel vous souhaitez afficher la place disponible et les fichiers volumineux. L’outil fonctionne aussi pour les disques externes, les clés USB, les DVD, etc. Valider par OK.

3. Le temps de chargement dépend de la taille du disque dur et du nombre de fichiers. La vue très simple montre l’espace libre en gris (Free space) ainsi que tous les dossiers et fichiers : en rouge le premier niveau d’aborescence, puis orange, jaune, vert, bleu, etc.

4. Pour une meilleure visibilité, on peut masquer l’espace libre en cliquant sur le bouton « Free space » .

5. Si l’Anglais vous rebute, cliquer sur le bouton Setup et choisir « Français » dans la (courte) liste des langues proposées.

6. D’emblée, mieux vaut prévenir [highlight color= »eg. yellow, black »]en interdisant de toucher aux répertoires Windows et Program Files[/highlight]. Bien que très volumineux, ces dossiers contiennent des fichiers système pour le premier et des programmes pour le second. Inutile également de songer à supprimer pagefile.sys ou swapfile.sys.

Pour voir quelle session d’utilisateur consomme le plus d’espace, double cliquer sur Users.

Pour trouver les gros fichiers de vos bibliothèques, double cliquer sur votre nom de session. Vous verrez ainsi qui des Documents, Images, Musique ou Vidéos occupent tout votre disque dur.

Dans cet exemple, on serait tenté de se débarrasser des répertoires WebCache, AppHang_winstore ou d’autres mais [highlight color=yellow]il ne faut surtout pas toucher à des fichiers dont vous n’avez jamais entendu parler[/highlight], au risque de planter complètement votre ordinateur.

7. Pour voir la taille d’un dossier, laisser la souris à la hauteur du dossier pendant quelques secondes.

8. On peut ouvrir des dossiers pour les analyser depuis l’explorateur Windows : faire un clic droit sur un dossier et choisir Run/Open ou Exécuter selon la langue.

9. On peut également supprimer des fichiers depuis l’interface de SpageMonger : faire un clic droit sur un fichier et choisir Delete ou Effacer.

10. Après avoir zoomé dans certains dossiers et sous-dossiers, cliquer sur le bouton Zoom full ou Voir tout pour revenir à la vue initiale de tout le disque dur. Les boutons Zoom In et Zoom Out permettent de rentrer ou sortir dans l’arborescence des répertoires.

11. Vous avez fait du ménage et souhaitez voir une vue actualisée du disque dur, cliquer sur le bouton Reload ou Rouvrir.

 

Manipulation des dossiers et fichiers

Résumons les principaux fichiers et dossiers qui peuvent être effacés et ceux à ne pas toucher :

[checklist]

  • dossier Documents dans le dossier utilisateur
  • dossier Images dans le dossier utilisateur
  • dossier Musique dans le dossier utilisateur
  • dossier Videos dans le dossier utilisateur

[/checklist]

[badlist]

  • fichier pagefile.sys
  • fichier swapfile.sys
  • fichier hiberfil.sys
  • dossier Windows et tout son contenu
  • dossier Program Files et ses sous-dossiers
  • dossier Program Files (x86) et ses sous-dossiers
  • dossier AppData dans le dossier utilisateur et son contenu

[/badlist]

 

Catégories
Intermédiaire Réseau Sécurité Tutoriel

Cacher un lecteur sous Windows 8 / RT

Pour une raison ou une autre, vous souhaitez qu’un disque dur, un lecteur (réseau ou non) soit invisible pour les utilisateurs de votre ordinateur ou tablette Windows 8. Dans ce tutoriel nous allons voir comment masquer un lecteur existant.

Procédure

1) Ouvrir l’éditeur de registre Windows (regedit) :

2) Pour que le lecteur soit masqué :

  • seulement pour l’utilisateur courant, aller à la clé [HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Policies\Explorer]
  • pour tous les utilisateurs du système, aller à la clé [HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Policies\Explorer]

 

3) Ajouter la donnée « NoDrives » de type « DWORD » :

La valeur de NoDrives est  définie en fonction du ou des lecteurs à masquer :

Pour masquer deux lecteurs par exemple, il faudra additionner leurs valeurs respectives.

4) Redémarrer le poste.

 

 

Exemples

Masquer le disque Z

1) En regardant le tableau, nous voyons que la valeur du lecteur Z est de 33554432 (décimale). Ainsi comme nous ne souhaitons que masquer ce lecteur, nous mettons cette valeur dans NoDrives (la valeur doit être entrée en base décimale) :

2) Sauvegarder, puis redémarrer l’ordinateur.

3) Une fois dans l’explorateur Windows, le lecteur n’apparaitra plus:

Pourtant le lecteur réseau est bien accessible en tapant sa lettre directement dans l’explorateur :

 

Masquer tous les disques

Pour masquer tous les lecteurs nous devons additionner la valeur de tous les lecteurs (si nous voulions en masquer que deux, nous aurions pris seulement la valeur des deux lecteurs) :

Ainsi pour masquer tous les lecteurs nous mettons la valeur 67108863 dans NoDrives.

Pour que la modification soit prise en compte un redémarrage est requis.

Catégories
Intermédiaire Outils Tutoriel

Gérer disque dur et partitions de disque

Les ordinateurs de grande marque sont généralement configurés avec une seule grosse partition disque. Plus facile pour gérer l’espace libre du disque et ne pas s’embêter à déplacer les documents, c’est aussi plus dangereux en cas de problème sérieux sur le disque local C:.
S’il est conseillé d’avoir une partition pour le système et une partition pour les fichiers, ce n’est pas la configuration par défaut quand on achète un ordinateur, fixe ou portable.


 

Créer une deuxième partition sur son disque dur

1. Ouvrir le programme :

Windows 10

Faire un clic droit sur le menu Démarrer et choisir « Gestion du disque » dans la liste.

Windows 8

Depuis l’écran d’accueil, taper « gestion des disques » et sélectionner Paramètres pour ouvrir le programme Créer et formater des partitions de disque dur.

2. Le « Disque 0 » représente le disque dur de la machine.
Les ordinateurs avec plusieurs disques durs sont donc notés Disque 0, Disque 1, etc.
La partie « Réservé au système » est nécessaire au démarrage de Windows 8, il ne faut pas y toucher.
La partie indiquée « C: » et Sain (Démarrer, Fichier d’échange, Vidage sur incident…) est la partition visible dans le poste de travail, là où sont stockés le système Windows 8 et les fichiers de l’utilisateur (documents, images, musique, etc).

Faire un clic droit sur C: et sélectionner Réduire le volume.

3. Indiquer une valeur dans la Quantité d’espace à réduire (en Mo), par exemple ici 20000 va réduire notre partition de 20Go. Dans un autre exemple, si le disque est de 500Go et que vous ne souhaitez que garder 100Go pour le système, il va falloir réduire le volume de 400000 (400 000Mo soit environ 400Go).
La « Taille totale en Mo après réduction » indique la taille du disque C: après modification.

4. L’espace réduit devient « non alloué » (barre noire). Le disque C: est donc plus petit, conformément à ce qu’on lui a indiqué.

5. Sur cet espace non alloué, faire un clic droit et Nouveau volume simple pour créer une seconde partition de disque.

6. Indiquer la Taille du volume simple à allouer (en Mo). Logiquement, on lui dira d’utiliser tout l’espace libre mais on pourrait n’en utiliser qu’une partie si l’on souhaite créer une troisième partition.

7. Pour pouvoir l’utiliser, il faut formater cette nouvelle partition. Choisir NTFS par défaut et lui indiquer un Nom de volume (par exemple Donnees ou 2e disque). On peut choisir d’effectuer un formatage rapide pour gagner du temps.

8. On voit bien nos deux partitions dans la gestion des disques.

9. En ouvrant un explorateur, la nouvelle partition apparait (vide).

 

Supprimer une partition de données sur son disque dur

Pour réaliser l’opération inverse et ainsi n’avoir qu’une seule grosse partition pour le système et les données, il faut tout d’abord sauvegarder les fichiers de la partition secondaire.

1. Sur la partition à supprimer, clic droit et Supprimer le volume.

2. L’espace devient Non alloué.

3. Sur la partition principale C:, faire un clic droit et Etendre le volume pour lui rajouter les Mo non alloués.

4. On obtient ainsi une seule et unique partition de travail, un gros disque local C: (et on ne touche toujours pas à la partition réservée au système).