Site icon WindowsFacile.fr

Bad buzz Axa qui incrimine les voitures électriques

tesla crash axa

Dans une vidéo diffusée sur YouTube sur la chaine Sicurauto, l’assureur automobile Axa montre une Tesla Model S qui prend feu suite à un dégât volontaire. En effet, pour ses besoins de communication, la société Axa de Suisse a monté un faux crash test avec une Tesla qui fait un tonneau et prend feu avant l’intervention des pompiers. Une image qui alimenta directement la polémique et anima de plus belle les débats entre pro et anti véhicule électrique. Problème, ce montage n’était pas du tout une réalité même forcée…

Mensonge et manipulation sont des mots qui reviennent pour qualifier les intentions d’Axa. La démonstration filmée était une grotesque mise en scène avec une Tesla Model S dépourvue de batterie d’une part, et un feu déclenché par pyrotechnie d’autre part. L’entreprise a rapidement réagi pour reconnaitre ses torts mais trop tard, le mal est fait. Les anti-voiture électrique s’en donnent à coeur joie.

Les justifications et excuses ne sont pas très convaincantes, jugez plutôt :

« Nous regrettons que l’édition 2022 des crash tests ait pu transmettre une mauvaise impression de l’électromobilité ou créer des malentendus à ce sujet. Nous sommes convaincus que le passage à l’électrique jouera un rôle central pour l’avenir de la circulation automobile. »

« En outre, le crash test effectué avec un modèle de la marque Tesla n’a pas causé au soubassement de la voiture des dommages de nature à déclencher un incendie de batterie, contrairement à ce que pourraient le suggérer les images enregistrées. »

En voilà une bonne blague : « contrairement à ce que laissent suggérer les images ». En effet, c’est plutôt facile de faire un raccourci entre Tesla et incendie après avoir visionné cette vidéo. L’association des deux était purement intentionnelle de la part de l’assureur suisse.

Vidéo Axa incendie Tesla

Certes, les voitures électriques ne sont pas exemptes de problèmes potentiels de départ de feu mais les véhicules thermiques le sont tout autant, voire plus. Le sous bassement des véhicules électriques est généralement bien fini et les batteries sont protégées pour justement éviter ce type de souci. On n’en dira pas autant des sous bassement de moteurs thermiques qui n’ont parfois pas de cache carter pour protéger les éléments mécaniques. Il suffit de se coucher sous sa voiture pour s’en apercevoir.

Axa conclut d’ailleurs, comme un aveu après avoir manipulé ses assurés :

« Les voitures électriques ne sont pas plus sujettes à un incendie que les véhicules à combustion classiques. »

C’est dit ! Mais quel était donc l’intérêt d’Axa Suisse de jouer avec le feu ?

Quitter la version mobile