Catégories
Intermédiaire Logiciels

Microsoft Teams : changer le fond d’écran d’une vidéoconférence

Bien plus utilisés depuis le confinement, les logiciels de vidéoconférence ont le vent en poupe, Zoom en premier. Encore relativement peu appréciés des sédentaires avant d’être massivement contraints au télétravail, les outils de visioconférence ont pris une part importante dans l’organisation du travail en cette période particulière. Les écoles et universités ont aussi un usage plus intensif des logiciels de conférence en ligne. Les applications les plus populaires de visioconférence sont Zoom, GoToMeeting, TeamViewer, mais aussi plus récemment Microsoft Teams qui est livré avec les suites Office 365.

Outre les réunions de bureau et les cours à distance, les confinés utilisent également ces outils pour participer à des apéros virtuels, échanger avec la famille et les amis. A ce titre, les particuliers préfèrent utiliser Skype, Facebook Messenger ou WhatsApp plutôt que des plateformes professionnelles.

Ce tutoriel explique comment modifier le fond d’écran lors des visioconférences avec Microsoft Teams pour une image neutre plutôt que l’intérieur de son domicile. Ces « custom backgrounds » permettent de remplacer l’arrière plan de votre domicile par une fausse image de bureau, un open space ou carrément une plage paradisiaque. L’image de fond d’écran s’adapte grâce à la technologie d’intelligence artificielle. Le même tutoriel existe pour Zoom.


Changer l’arrière plan de Microsoft Teams

1. Ouvrir le logiciel Microsoft Teams sur ordinateur.

2. Créer ou rejoindre une conférence vidéo, donc en activant la caméra.

3. Cliquer sur le bouton au centre pour ouvrir les paramètres du fond d’écran (Background settings) et choisir une image de fond.

Soit les actions suivantes :


 

Vous n’avez pas cette option ?

Si vous n’avez pas encore cette fonctionnalité dans votre logiciel Microsoft Teams, il existe cette autre possibilité en attendant de recevoir la dernière version de l’application.

Lors d’une session vidéo ou audio, cliquer sur l’icône des « 3 boules » pour ouvrir le menu des paramètres et choisir « Flouter mon arrière-plan » :

Si cela ne permet pas de modifier le fond d’écran de votre vidéo par caméra, l’arrière plan ne sera pas correctement visible par vos interlocuteurs qui ne pourront pas juger si votre bibliothèque est bien rangée, si vos enfants sautent derrière vous ou si vous travaillez dans la cuisine.

Catégories
Intermédiaire Linux Réseau

Installer un Bureau à distance XRDP sur Fedora, CentOS et Red Hat

Contrôler un serveur à distance, dépanner un collègue par télémaintenance ou faire du télétravail en période de confinement, les raisons pour vouloir accéder à distance à un poste Linux doté d’un environnement graphique sont nombreuses. Plusieurs logiciels existent pour cela, des payants comme des gratuits. Les plus connus sont VNC, Teamviewer, X2Go mais le monde Linux peut aussi profiter du protocole Microsoft RDP pour être piloté à distance. RDP version Linux, ou XRDP, qui s’utilise comme si on se connectait à une machine Windows. Ainsi, les postes clients Windows n’auront pas à changer leurs habitudes (Connexion Bureau à distance / MSTSC) et les clients Linux sont également les mêmes (rdesktop, freerdp, Remmina…). Aussi, xrdp permet de mettre à disposition un accès à distance via la plateforme Microsoft RDS et ses RemoteApps.

XRDP est open source et gratuit, ce qui en fait un avantage non négligeable pour contrôler un parc informatique composé de postes et serveurs Linux. Ce tutoriel explique comment installer xrdp sur Fedora, Red Hat et CentOS, ainsi que comment s’y connecter depuis un poste distant Windows ou Linux. Les deux méthodes sont expliquées, à la fois par dnf et par yum.

La même procédure pour Debian et Ubuntu est à lire ici.

 

Installer XRDP sur Red Hat (RHEL), CentOS et Fedora

Prérequis : un environnement graphique sur le poste ou le serveur RHEL, CentOS ou Fedora. Sinon, en installer un comme Xfce par exemple.

Avec DNF

1. En local ou à distance, ouvrir un Terminal ou une connexion SSH sur le poste auquel il faudra accéder à distance.

2. Exécuter une mise à jour de la liste des paquets disponibles :

sudo dnf update

3. Taper ou copier / coller la commande suivante pour installer xrdp :

sudo dnf install -y xrdp

4. Activer xrdp en tant que service système pour que l’outil démarre tout seul à chaque démarrage.

sudo systemctl enable xrdp

5. Démarrer le service :

sudo systemctl start xrdp

ou simplement redémarrer le système d’exploitation :

sudo reboot

6. Le poste CentOS, Fedora ou RedHat est prêt pour être piloté à distance.

Avec YUM

1. Ouvrir un Terminal ou un tunnel SSH distant.

2. Chercher les dernières mises à jour disponibles :

sudo yum update

3. Exécuter la commande suivante pour installer le paquet xrdp :

sudo yum -y install xrdp

4. Activer le service système xrdp pour un démarrage automatique à chaque reboot :

sudo systemctl enable xrdp

5. Démarrer le service xrdp :

sudo systemctl start xrdp

ou redémarrer le système d’exploitation :

sudo reboot

6. L’accès à distance au serveur ou PC sur base Red Hat est maintenant opérationnel.

Firewall

S’il y a un firewall actif sur la machine, penser à ouvrir le port xrdp. Par défaut le 3389 :

firewall-cmd --permanent --add-port=3389/tcp
firewall-cmd --reload

 

Se connecter en XRDP sur Debian et Ubuntu

Depuis un poste distant, la procédure est la même que pour joindre un Bureau à distance RDP de Windows.

Depuis Windows

1. Ouvrir l’outil Connexion Bureau à distance depuis le menu Démarrer ou en commande mstsc.exe.

2. Taper le nom du poste Linux (son hostname).

3. Un écran s’ouvre pour s’identifier : laisser Xorg, indiquer un nom d’utilisateur et le mot de passe associé.

4. Les options habituelles de Microsoft Bureau à distance sont compatibles, par exemple pour choisir la résolution d’affichage écran.

 

Depuis Linux

Windows Remote Desktop Connection, Remmina ou rdesktop.

Remarque : rdesktop a un problème avec le clipboard, il est recommandé de le désactiver par cette option côté client : -r clipboard:off.
Soit par exemple : rdesktop -r clipboard:off pcfedora

 

Impossible de se connecter ?

Si la connexion ne se fait pas ou que l’écran reste noir, il faudra se déconnecter (log out) ou redémarrer l’OS (reboot) et à nouveau essayer de se connecter à distance mais sans s’être identifié sur le poste local. On reboot, on ne se logue pas en local et on essaie tout de suite le contrôle à distance.

Catégories
Intermédiaire Windows 10

Activer l’historique du presse-papiers de Windows 10

Tout le monde fait des copier / coller. De la secrétaire de bureau au développeur, en passant par mamie à la maison pour ses recettes de cuisine.  Si certains préfèrent utiliser la combinaison de touches CTRL + C et CTRL + V, d’autres moins à l’aise continuent de faire un clic droit, Copier puis clic droit, Coller. Quand ce n’est pas « menu Edition, Copier » qui trahit l’utilisation d’une ancienen méthode pour accéder à cette fonction. Mais dans tous ces cas, on ne conserve que la dernière information copiée pour ensuite pouvoir la coller. Et c’est très ennuyant quand on manipule des textes, des noms de fichiers, des images. Enfin, Microsoft a mis en place la fonction attendue et demandée depuis des années : un historique du copier coller de Windows !

Ce tutoriel explique comment activer et utiliser l’historique du presse-papiers, c’est-à-dire accéder à la mémoire du copier / coller de Windows 10. Cela ne fonctionne qu’avec une version récente de Windows 10. Cette fonction n’est pas disponible sur Windows 7, 8 et 8.1.

 

Activer l’historique du copier coller de Windows 10

1. Avec un ordinateur Windows 10, appuyer simultanément sur les touches Windows + V (la touche du logo Windows) :

2. Une petite fenêtre s’ouvre avec une erreur mais il faut simplement cliquer sur le bouton bleu « Activer » :

3. Actuellement, le contenu du presse papiers est vide.

4. Avec CTRL + C ou un clic droit Copier, ajouter du contenu au Presse-papiers Windows : on peut copier du texte, une image, etc.

5. Il suffit ensuite de cliquer sur l’une des informations en mémoire pour la coller.

6. L’ajout de « copier » se fait automatiquement. Il suffira ensuite de refaire un « Windows + V » pour ouvrir la petite fenêtre de l’historique et rappeler une ancienne valeur copiée.

Remarque : l’historique du presse papiers se vide à chaque redémarrage de Windows.

 

Garder en mémoire (épingler)

Si des informations en mémoire sont régulièrement utilisées et que vous souhaitez y accéder fréquemment, l’historique permet d’épingler des informations copiées.

Cliquer sur les « petites boules » à côté d’un élément de l’historique et choisir « Epingler » .

Ainsi, ces informations seront conservées même après un redémarrage de l’ordinateur.

 

Autre manière d’activer l’historique du presse papier

1. Ouvrir les Paramètres de Windows 10 et cliquer sur Système.

2. Dans le menu de gauche, cliquer sur Presse-papiers.

3. Activer « Historique du Presse-papiers » :

Catégories
Intermédiaire Linux Réseau

Installer un Bureau à distance XRDP sur Ubuntu et Debian

Pour faire du télétravail ou accéder à distance à un ordinateur Linux, il existe de nombreuses solutions. Aucune n’est préinstallée mais les logiciels se comptent par dizaines, entre gratuits et payants. VNC, Teamviewer, X2Go.. mais aussi le protocole RDP avec XRDP. Basé sur cette technologie Microsoft, xrdp a l’avantage de s’utiliser comme le Bureau à distance de Windows. Ainsi, les postes clients Windows n’auront pas à changer de logiciel ou leurs habitudes pour se connecter à une machine Linux, sur base de Debian (donc Ubuntu, Mint, etc). Ce sera aussi la solution idéale pour servir un accès distant et graphique à Linux à travers une plateforme Microsoft RDS et ses RemoteApps.

Aussi, XRDP est open source et gratuit, ce qui en fait un avantage non négligeable. Ce tutoriel explique comment installer xrdp sur Ubuntu et Debian, ainsi que comment s’y connecter depuis un poste distant Windows ou Linux.

L’équivalent pour CentOS, RHEL et Fedora existe aussi.

 

Installer XRDP sur Ubuntu et Debian

Prérequis : un environnement graphique sur le poste ou le serveur Ubuntu / Debian.

1. Ouvrir, en local ou à distance, un Terminal ou une connexion SSH sur le poste auquel il faudra accéder à distance.

2. Lancer une mise à jour de la liste des paquets disponibles :

sudo apt update

3. Taper ou copier / coller la commande suivante pour installer xrdp :

sudo apt install xrdp

4. Activer xrdp en tant que service système pour que l’outil démarre tout seul à chaque démarrage.

sudo systemctl enable xrdp

5. Redémarrer le système d’exploitation.

sudo reboot

6. Le poste Ubuntu ou Debian est prêt pour être piloté à distance.

 

Se connecter en XRDP sur Debian et Ubuntu

Depuis un poste distant, la procédure est la même que pour joindre un Bureau à distance RDP de Windows.

Depuis Windows

1. Ouvrir l’outil Connexion Bureau à distance depuis le menu Démarrer ou en commande mstsc.exe.

2. Taper le nom du poste Linux (son hostname).

3. Un écran s’ouvre pour s’identifier : laisser Xorg, indiquer un nom d’utilisateur et le mot de passe associé.

4. Les options habituelles de Microsoft Bureau à distance sont compatibles, par exemple pour choisir la résolution d’affichage écran.

 

Depuis Linux

Tout comme ces logiciels servent à se connecter à un poste Windows, les clients Linux de toute sorte (base Debian, Red Hat…) peuvent utiliser rdesktop ou freerdp pour se connecter à une machine équipée de xrdp. Préinstallé sur Ubuntu, Fedora, etc, rdesktop est à essayer. Il est, de plus, scriptable pour ajouter des variables (résolution graphique, login…).

 

Impossible de se connecter ?

Si la connexion ne se fait pas ou que l’écran reste noir, il faudra se déconnecter (log out) ou redémarrer l’OS (reboot) et à nouveau essayer de se connecter à distance mais sans s’être identifié sur le poste local. On reboot, on ne se logue pas en local et on essaie tout de suite le contrôle à distance.

Catégories
Intermédiaire Logiciels Téléchargement Windows 10

Télécharger et installer OneNote

Vous avez installé un pack Office mais OneNote ne figure pas parmi les logiciels ajoutés à l’ordinateur ? Ce n’est pas un hasard car il existe même un KB chez Microsoft pour cela. « OneNote 2016 est manquant après l’installation d’Office 365 ou d’Office 2019 » : et pour cause, OneNote n’est plus livré avec les derniers packs Office qui sont installés sur Windows 10, puisque le système d’exploitation doit avoir OneNote de préinstallé en WindowsApp. Ce tutoriel explique comment télécharger et installer le logiciel Microsoft OneNote sur Windows 10, en complément du pack Office 365 / 2019 (Word, Excel, PowerPoint, Outlook…).

Cependant, Microsoft confirme le retour de OneNote avec Office : « À compter de mars 2020, lorsque vous installerez Office 2019 ou Office 365, la version de bureau de OneNote sera installée en même temps que les versions de bureau Word, PowerPoint et Excel. »

Pour rappel, OneNote est un logiciel gratuit de Microsoft pour faire de la prise de notes. On peut y insérer du texte saisi au clavier, des notes manuscrites, des photos, des graphiques, des vidéos… Compatible PC, smartphone, tablette et même montre connectée, les appareils Apple ne sont pas oubliés avec une version du logiciel pour iOS et macOS. L’application OneNote est entièrement gratuite avec un compte Microsoft personnel mais peut aussi être utilisée avec un compte Office 365 ou Office 2019. La dernière version en date est OneNote 2016, également pour Office 2019.

 

Télécharger OneNote 2016 sur Windows 10

1. Cliquer sur le lien suivant pour démarrer le téléchargement du logiciel Microsoft OneNote : https://go.microsoft.com/fwlink/?linkid=2110341

2. Ouvrir le fichier téléchargé. L’assistant d’installation détectera automatiquement s’il doit mettre en place la version 32 bits ou 64 bits de OneNote, selon la version du pack Office déjà installée.

3. Le téléchargement est automatique, suivi de l’installation du programme One Note.

4. Un message indique quand l’opération est terminée.

5. On retrouve le raccourci de « OneNote 2016 » dans le menu Démarrer de Windows 10 :

6. Une fois OneNote 2016 téléchargé et installé, le programme doit être associé à votre licence activée de Microsoft Office, ou à un compte Microsoft gratuit pour une utilisation personnelle.

Catégories
Intermédiaire Logiciels

Désactiver le démarrage plein écran de Microsoft Teams

Microsoft Teams est l’outil de communication qui vient avec la suite Office et que votre entreprise a installé sur tous les ordinateurs. Il remplace surtout Skype ou Lync et se compare à Slack, son concurrent de toujours. Si le logiciel n’est pas mauvais à l’utilisation, il y a cette sensation désagréable à chaque fois que l’on démarre son PC : on ouvre une session Windows et quelques secondes plus tard, Teams vient s’ouvrir en grand à l’écran alors qu’on était peut-être déjà en train de cliquer ailleurs. S’il est possiblede  totalement désactiver le démarrage automatique de Teams, ce tutoriel explique comment laisser le démarrage automatique de Teams mais en l’empêchant de s’ouvrir en plein écran. Ainsi, le programme Teams va s’ouvrir mais en petit, avec les icônes en bas à droite près de l’heure. Les notifications seront donc affichées en cas de message reçu et il sera possible, en deux clics, d’ouvrir le logiciel à l’écran pour échanger avec un collègue, un prestataire, un client.

A ce jour disponible sur Windows et macOS uniquement, Microsoft Teams est prévu sur les distributions Linux. Ceci et d’autres améliorations annoncées dans la roadmap éditeur de Teams et les nouveautés 2020. Sur mobile, iOS et Android sont disponibles pour utiliser Teams en situation de mobilité et être joignable en déplacement.

 

Empêcher Microsoft Teams de démarrer en plein écran

1. Ouvrir l’application de bureau Microsoft Teams.

2. Cliquer sur votre image de profil (en haut à droite du logiciel) puis sur Paramètres.

3. Sur cet écran, en restant sur l’onglet Général des paramètres, cocher « Ouvrir l’application en arrière-plan » pour activer l’option :

4. Quitter en cliquant sur la croix en haut à droite car il n’y a pas de bouton « OK » ni « Enregistrer » mais les modifications vont s’enregistrer automatiquement à la fermeture des paramètres.

5. Au prochain démarrage de l’ordinateur, Microsoft Teams va s’ouvrir automatiquement mais en arrière-plan, c’est-à-dire en petit dans la barre des tâches et pas au milieu de l’écran.

Découvrez nos autres tutoriels et actualités sur Microsoft Teams, le concurrent de Slack. Pour toute question sur l’installation, l’utilisation ou le dépannage du logiciel, vous pouvez utiliser le forum pour recevoir une aide gratuite et personnalisée.

Catégories
Intermédiaire Logiciels

Désactiver le démarrage automatique de Microsoft Teams

Il y a une chose plutôt désagréable quand on installe un logiciel, c’est que celui-ci se lance tout seul à chaque démarrage de l’ordinateur sans qu’on le lui ait demandé. C’était le cas pour Skype et son successeur ne voit pas les choses autrement. Désagrément supplémentaire, Microsoft Teams choisit de se lancer ouvertement à l’écran et pas juste en arrière plan, en petit dans la barre des tâches. Si on utilise régulièrement l’outil de communication Microsoft sur son PC ou son Mac, cela évitera de cliquer sur l’icône du programme pour le mettre en route mais pour les autres ou sur un ordinateur partagé, cette ouverture automatique est plutôt dérangeante. Ce tutoriel explique donc comment désactiver le démarrage automatique de Microsoft Teams à chaque ouverture de session.

A ce jour disponible sur ordinateurs Windows et Mac uniquement, Microsoft Teams devrait bientôt faire son arrivée sur les distributions Linux. C’est en tout cas nécessaire pour Microsoft afin de contrer Slack qui est réellement multi-plateformes. C’est en tout cas prévu dans la roadmap éditeur de Teams mais pas dans les nouveautés 2020. Sur mobile, iOS et Android sont proposés.

 

Empêcher Microsoft Teams de démarrer tout seul

1. Ouvrir le logiciel Microsoft Teams.

2. Cliquer sur votre image de profil (en haut à droite) puis sur Paramètres.

3. Sur cet écran, en restant sur l’onglet Général, décocher « Démarrage automatique de l’application » pour désactiver l’option :

4. Quitter par la croix en haut à droite des Paramètres, les modifications vont s’enregistrer (il n’y a pas de bouton « OK » ni « Enregistrer »).

5. Au prochain démarrage de l’ordinateur, Microsoft Teams ne se lancera plus automatiquement après avoir ouvert la session Windows.

Découvrez nos autres tutoriels et actualités sur Microsoft Teams, le concurrent de Slack. Pour toute question sur l’installation, l’utilisation ou le dépannage du logiciel, vous pouvez utiliser le forum pour recevoir une aide gratuite et personnalisée.

Catégories
Intermédiaire Outils

Changer la taille des textes de l’Invite de commandes (cmd)

Les années passent et la vue ne s’améliore pas ? En tant que technicien informatique, développeur ou administrateur système et réseau, vous utilisez souvent l’Invite de commandes Windows et il devient difficile de lire ces petits textes ? Bien que basique, le célèbre cmd.exe de Windows permet d’agrandir la taille des textes pour une meilleure lisibilité à l’écran. Une option méconnue mais néanmoins très utile.

Ce tutoriel montre comment agrandir la taille des textes et modifier la police de caractère de l’Invite de commandes Windows (cmd). Une amélioration d’ergonomie pour mieux lire les informations à l’écran qui est compatible avec toutes les versions de Windows : aussi bien workstation (Windows 10, 8.1, 8, 7) que les Windows Server (2019, 2016, 2012 / R2, 2008 / R2…). En résumé, toutes les versions de Windows et même XP peuvent modifier, à la hausse ou à la baisse, la taille du texte et la police de caractère pour convenir aux personnes malvoyantes ou simplement pour plus de confort à l’écran.

Il est aussi possible de changer les couleurs du texte et du fond de l’invite de cmd. Quelques autres options existent pour personnaliser l’invite de commandes Windows : la taille de la fenêtre cmd, la taille du tampon (nombre de lignes d’historique affichées à l’écran). On n’en fera pas un Terminal Linux pour autant mais ces options permettent d’avoir un cmd en plein écran, pour plus de confort à la lecture quand on joue un script ou que l’on analyse des traces.

 

Changer la taille du texte de cmd – Invite de commandes Windows

1. Dans un Invite de commandes, faire un clic droit sur la barre de titre et choisir « Par défaut » :

2. Aller sur l’onglet « Police » de la Console Windows :

3. Modifier la Taille et/ou la Police, un aperçu immédiat permet de voir les modifications :

4. Valider par OK et relancer un nouveau cmd pour constater les changements :

C’est donc beaucoup plus lisible qu’avant :

Catégories
Intermédiaire Outils

Changer les couleurs de l’Invite de commandes (cmd)

Utilitaire Microsoft livré avec Windows depuis ses premières versions, l’Invite de commandes n’a pas beaucoup évolué au fil des années. Même si PowerShell lui a succédé dans l’application de scripts et de commandes système, le célèbre cmd.exe fait encore de la résistance et est régulièrement utilisé par les administrateurs système et réseau, les développeurs et les techniciens informatique. Les plus anciens le nomment MS DOS bien que l’appellation est erronée, il s’agit plutôt du nouveau « command » des Windows 95 et 98.

Par défaut sur fond noir avec le texte blanc, ce tutoriel explique comment changer les couleurs du cmd Invite de commandes. Ce guide explique comment modifier les couleurs une bonne foi pour toutes, pas simplement pour une seule utilisation du terminal Windows. Il existe aussi une méthode pour agrandir la taille des textes et changer la police du cmd.

Effectué sur Windows 10, cette procédure s’applique également sur Windows 7, 8 et 8.1. Les actions à opérer sont les mêmes sur tous ces systèmes d’exploitation, tout comme sur les différentes versions de Windows Server qui fonctionnent de la même façon.

 

Modifier les couleurs de cmd – Invite de commandes Windows

1. Ouvrir un Invite de commandes par une recherche dans le menu Démarrer ou par la console Exécuter, cmd.

2. Faire un clic droit sur la barre de titre et choisir « Par défaut » :

3. Aller sur l’onglet « Couleurs » :

4. Modifier les couleurs du Texte, de l’Arrière-plan, des Boîtes de message et de l’Arrière plan des boites. La « boite » correspond à une sélection du texte.

Il est possible de choisir dans la palette de couleurs ou en changeant les valeurs des couleurs RVB (Rouge, Vert, Bleu).

On peut aussi changer l’opacité, de 30 à 100%. Il est conseillé de rester en 100% pour une parfaite lisibilité des informations à l’écran.

5. Valider par OK.

6. Fermer l’invite de commande et en rouvrir un nouveau pour voir les couleurs modifiées. Il n’est pas nécessaire de redémarrer l’ordinateur. Exemple pour un style Matrix ou hacker avec texte vert sur fond noir :

Catégories
Intermédiaire Windows 10

Améliorer les performances d’un PC Windows 10

Pour démarrer ce guide, il faut savoir que cela ne s’adresse pas à tout le monde. Il faut être capable d’identifier les caractéristiques du matériel, ne pas avoir peur d’ouvrir sa machine pour remplacer une pièce détachée et savoir, si besoin, s’en sortir dans une situation non prévue. Cet article est donc orienté pour les utilisateurs expérimentés, les techniciens informatiques ou ceux qui souhaitent apprendre, en s’étant bien renseigné et en posant une question avant de faire une fausse manipulation. Pour cela, notre forum gratuit est ouvert pour vous aider à faire le bon choix et à éviter les déconvenues.

Situation

Vous avez récemment acheté un ordinateur « pas cher » et celui-ci est déjà particulièrement lent ?

Vous avez fait la mise à jour Windows 7 vers Windows 10 à cause de la fin du support de W7 et tout est ralenti par rapport à avant ? (rien d’anormal)

Vous avez envie de jeter votre machine par la fenêtre tellement celle-ci « rame » et vous ne supportez pas d’attendre plusieurs secondes pour ouvrir un programme ?

Pas de panique, il peut y avoir des solutions !

Explications

Pourquoi votre ordinateur « rame » ? Premièrement, ce n’est pas parce que vous avez trop de photos sur votre disque dur. De nombreuses personnes pensent qu’il faut « vider » le disque dur pour que le PC (ou le Mac) retrouve une vitesse d’exécution correcte. A part s’il reste moins de 1Go de libre sur votre disque dur système (le disque local C), ce n’est pas la présence de milliers de photos qui va ralentir votre machine. Inutile donc de supprimer des photos ou les déplacer sur un disque externe. Une vraie sauvegarde = avoir les fichiers à deux endroits différents, pas uniquement sur un disque dur USB qui peut facilement tomber en panne, à cause d’une mauvaise chute par exemple.

Si votre PC a plusieurs années et qu’il était vendu avec Windows 7 ou Windows 8, il y a fort à parier que sa configuration n’est pas optimale pour Windows 10. S’il fallait 4Go de RAM pour être à l’aise sur Windows 7, le système d’exploitation Microsoft en version 10 n’est pas moins gourmand en ressources matérielles…

Configuration recommandée pour Windows 10

Deux éléments sont particulièrement importants dans la configuration matérielle d’un PC Windows 10 :

  1. La vitesse du disque dur
  2. La quantité de mémoire vive (RAM)

Le reste est bien moins important qu’on ne le pense. Si le processeur (CPU) est considéré comme le moteur d’un ordinateur, un modèle de 2015 n’a pas à rougir face aux dernières générations vendues en 2020. C’en est fini de la loi de Moore et le doublement de la puissance de calcul tous les 18 mois. Aujourd’hui, les performances des processeurs n’évoluent plus de manière considérable et cet élément n’est plus à remplacer tous les deux ou trois ans pour conserver un PC performant, même pour du jeu vidéo.

Le point faible de la majorité des ordinateurs vendus dans le commerce est le disque dur. Depuis plus de dix ans, cela a toujours été l’élément faible des configurations : une grosse capacité mais une vitesse d’exécution moyenne. Les consommateurs n’y comprennent rien donc ne font pas attention à ce détail. Ou alors, quand on leur annonçait le prix d’un SSD ou d’un Raptor, bien plus rapide mais de capacité réduite, le choix étaient quasiment tout le temps orienté vers la capacité plus importante, au détriment des performances.

Au début des années 2000, Western Digital avait sorti le WD Raptor, un disque dur hyper rapide à 10 000 tours / minute, bien plus performant que ses homologues bloqués à 7 200 tours. Depuis, le SSD a réussi à se démocratiser et à proposer des capacités de stockage correctes pour des prix abordables. Le SSD est devenu indispensable pour obtenir un ordinateur performant, que ce soit pour jouer, pour faire de la 3D ou simplement pour de la bureautique. Quelques dizaines d’euros bien investis pour des années d’utilisation correcte de sa machine.

Quelles piéces remplacer dans mon ordinateur ?

Le disque SSD

Plus facile à faire avec une tour (unité centrale) mais pas impossible sur un ordinateur portable, remplacer le disque dur traditionnel par un disque SSD est la meilleure des choses que l’on peut faire pour améliorer les performances de son PC.

Il faut savoir :

  • vérifier si vous pouvez changer le disque de votre ordinateur
  • acheter un disque SSD (l’étape la plus simple)
  • sauvegarder ses fichiers
  • remplacer le disque
  • cloner ou réinstaller le système d’exploitation

Ce n’est donc pas à la portée de tous les utilisateurs d’un ordinateur. Tout comme la majeure partie des automobilistes confient leur véhicule à un mécanicien ou à un garagiste pour faire la vidange et remplacer des plaquettes de frein, la plupart des utilisateurs de PC vont préférer confier ces tâches à un spécialiste. Et ils ont raison. Mais une sauvegarde préventive sera toujours conseillée, l’expert n’est pas infaillible et perdre des années de photos de famille est toujours dramatique.

Le choix du disque est plutôt simple. Il existe deux types de SSD et le plus courant est au format « S-ATA 2,5 pouces » : un petit boitier facile à remplacer. Dans de rares cas, il faudra acheter un M.2 SATA mais cela signifie que votre machine est déjà équipée d’un SSD.

Ajouter de la mémoire vive

Il y a deux façons d’augmenter la capacité en mémoire vive d’une machine : ajouter des barrettes quand il reste des slots disponibles ou remplacer une petite barrette par une RAM de plus grosse capacité. Si 4Go s’avèrent être un minimum pour utiliser Windows 10 de manière basique et occasionnelle, les utilisateurs intensifs préféreront doubler cette valeur. Que l’on travaille sur des outils de bureautique du matin au soir, que l’on fait de la retouche photo ou que l’on soit étudiant en informatique, opter pour 8Go de RAM est un choix intelligent.

Avantage de la RAM : l’opération est rapide et il n’y a pas besoin de réinstaller le système d’exploitation. La prise en compte de l’ajout de mémoire est immédiate et les améliorations sont perçues au bout de quelques minutes.

Les capacités des barrettes de mémoire vive sont de 2, 4, 8, 16, 32Go par unité. Sauf cas spécifiques, il ne sera pas nécessaire de passer à un total de 16Go de RAM ou plus.

Attention, il faudra choisir la référence exacte de la RAM actuellement installée pour éviter toute incompatibilité. Le choix d’une barrette de RAM est bien plus complexe que celui d’un SSD, mieux vaut se faire assister pour trouver la bonne référence.

Catégories
Intermédiaire macOS

Installer macOS sur un nouveau disque SSD

Vous avez remplacé le disque dur de votre Macbook par un SSD, bien plus rapide que le HDD traditionnel ? Votre iMac se traine depuis l’installation de la dernière mise à jour de macOS ? Un disque en panne, vous avez changé la pièce en achetant un SSD

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, vous avez besoin d’installer le système d’exploitation macOS à son état d’origine, à partir d’un nouveau disque. Ce tutoriel explique comment installer macOS / Mac OS X sur un disque dur ou disque SSD, après remplacement du disque d’origine du Macbook, iMac ou Mac mini.

Cela fonctionne avec les dernières versions de macOS et Mac OS X : Catalina, Mojave, High Sierra, Sierra, El Capitan, Yosemite, Mavericks, Mountain Lion, Lion.

 

Réinstaller Mac OS sur SSD ou disque dur neuf

1. Remplacer physiquement le disque du Macbook, iMac ou Mac mini.

2. Démarrer l’ordinateur avec le classique bouton Power et appuyer sur la combinaison de touches command + R (ou cmd + R sur les anciens modèles). Si cela ne fonctionne pas, éteindre et relancer la machine en appuyant plusieurs fois sur ces deux touches.

3. Sélectionner un réseau wifi pour donner un accès internet au Mac. Ceci n’est pas nécessaire si utilisation d’un câble réseau sur le port Ethernet, le chargement du logiciel est automatique.

4. Indiquer le mot de passe (clé de sécurité) du wifi et patienter le temps du chargement.

5. Sélectionner la langue désirée, « Utiliser le français comme langue principale » :

6. Demander à « Réinstaller Mac OS X » ou « Réinstaller macOS » selon la version du Mac. S’il ne s’agit pas de la dernière version, une mise à jour sera proposée ultérieurement.

7. Répondre aux quelques question faciles posées par l’assistant d’installation, en précisant au passage sur quel disque installer le système d’exploitation.

 

En cas d’utilisation d’un disque dur ou SSD d’occasion

Si le disque fraichement installé n’est pas neuf, donc vierge de toute partition, il peut y avoir une erreur lors de la réinstallation. Si tel est le cas, une fois dans les Utilitaires Mac OS, choisir « Utilitaire de disque » pour supprimer les partitions et formater le disque afin de le préparer pour recevoir macOS.

Catégories
Intermédiaire

Connaitre le nombre de mots d’un article WordPress

Depuis la version 5 du CMS, l’éditeur Gutenberg a grandement modifié l’ergonomie de l’éditeur WordPress, perdant parfois ses utilisateurs à cause d’un manque d’affordance. Gutenberg, de Johannes Gutenberg, reconnu comme étant l’inventeur de l’imprimerie avec des caractères métalliques mobiles, est une nouvelle manière de rédiger des articles et des pages sur WordPress. Les blocs permettent d’ajouter des titres, des paragraphes, des images, du contenu riche, des vidéos, bien plus facilement qu’auparavant avec l’éditeur classique.

Pourquoi connaitre le nombre de mots d’un nouvel article ou d’une page ? Parce que les recommandations de Google et des plugins SEO (Yoast, All in One SEO, etc) demandent un minimum de 300 mots pour en faire un article de qualité. Evidemment, écrire du Lorem Ipsum ne fera pas de votre publication un texte de qualité car il y a bien d’autres règles à suivre pour être bien référencé mais la longueur du texte fait partie de ces recommandations. Quoi qu’il en soit, si WordPress affichait clairement le nombre de mots avec l’éditeur classique en bas du texte, le nouvel éditeur Gutemberg ne le montre plus par défaut.

Connaitre le nombre de mots d’un texte WordPress sera donc utile pour les rédacteurs web, les webmasters, les personnes du marketing, etc. Et dans la version évoluée de l’éditeur WP, de nouvelles informations intéressantes sont affichées, en plus du nombre de mots.

 

Nombre de mots WordPress en éditeur classique

Une information simplement affichée sous le texte de l’article :

 

Nombre de mots WordPress avec Gutenberg

1. Ouvrir un article ou une page WordPress en « nouvel éditeur » .

2. En haut à gauche du texte, cliquer sur le « i » d’information pour afficher le nombre de mots du texte. Intérêt de la nouvelle version, on voit aussi le nombre de titres, de paragraphes et de blocs.

Catégories
Intermédiaire Réseau Windows 10

Désactiver IPv6 d’une carte réseau sur Windows 10

Pour résoudre un problème de téléchargement ou de connectivité réseau, il est parfois conseillé de désactiver le protocole IPv6. Concerne la carte Ethernet (câble réseau avec connecteur RJ45) et Wi-Fi (réseau sans-fil), le protocole IP version 6 peut être désactivé pour corriger un bug sous Windows.

L’IPv6 est un protocole réseau qui a pour objectif de remplacer les adresses IP traditionnelles (IPv4) et ses quelques quatre milliards d’adresses différentes. Le Internet Protocol version 6 est encore peu répandu bien que la majorité des périphériques soient compatibles avec cette norme. Tous les appareils qui peuvent recevoir une connexion internet ou réseau sont concernés : les évidents ordinateurs, les smartphones, les tablettes, mais aussi les box internet, les GPS automobiles, les imprimantes 3D, les smartwatchs (montres connectées), les caméras de surveillance, tous les appareils de domotique, les télévisions récentes… Même le Thermomix et le robot aspirateur !

Pour des explications plus avancées, la page Wikipedia IP v6 explique tout dans les détails.

Ce tutoriel explique comment désactiver IPv6 du Wifi ou Ethernet sur un PC Windows 10. Ce sera notamment utile si vous rencontrez un problème pour installer le pack Microsoft Office gratuit sur W10. si vous avez le message « Vérifiez la connexion Internet, puis réessayez »

 

Désactiver le protocole IPv6 sur PC Windows 10

1. Ouvrir le menu Démarrer et les Paramètres de Windows.

2. Cliquer sur Réseau et internet :

3. Dans « Modifier vos paramètres réseau » , cliquer sur « Modifier les options d’adaptateur » :

4. Double cliquer sur la connexion réseau active : choisir entre Ethernet et Wifi selon ce qui est utilisé pour avoir internet. Sur cette capture d’écran d’exemple, on a :

  • Cellulaire : carte 3G / 4G intégrée dans l’ordinateur
  • Connexion réseau Bluetooth : accès par partage Bluetooth (peu utilisé pour internet)
  • Ethernet : câble réseau branché sur une box ou un réseau d’entreprise
  • Wi-Fi : réseau sans-fil classique sur une box ou un point d’accès (société, hotspot public, hôtel…)

Wi-Fi

a. En Wifi, cliquer sur « Propriétés » :

b. Dans la liste, décocher la ligne « Protocole Internet version 6 (TCP/IPv6) » :

c. Valider par OK et Fermer.

Ethernet

a. Pour une connexion par câble réseau, trouver et décocher la ligne « Protocole Internet version 6 (TCP/IPv6) » :

b. Enregistrer en cliquant sur OK.

Catégories
Intermédiaire Réseau

Configurer routeur 4G TP-Link TL-MR6400

Lorsqu’il n’est pas possible d’avoir une ligne internet fixe (ADSL, fibre optique, câble) parce qu’on organise un événement temporaire (séminaire, conférence, salon) ou que l’on travaille sur un chantier qui n’est pas encore terminé, il existe une solution simple et rapide à mettre en place pour avoir du wifi : utiliser un routeur 4G et un simplement abonnement mobile (SOSH, Red, B&YOU, Free, Orange, SFR, Bell, Salt, Swisscom, Proximus…). Pour ce faire, il faut acheter un routeur 4G tel que le TP-Link TL-MR6400 qui coûte environ 80€ TTC sur Amazon ou LDLC.

Après achat, place à la configuration dont voici le tutoriel étape après étape.

 

Paramétrer le routeur 4G TPLink

1. Insérer une carte SIM au format micro SIM. Si vous avez une nano SIM, un adaptateur est fourni avec le routeur, avec un petit autocollant pour que ça ne bouge pas. Pousser la carte jusqu’à ce que l’on entende un « clic » qui signifie que la position est correcte.

2. Visser les deux antennes, de part et d’autre du boitier.

3. Brancher l’alimentation du routeur à une prise électrique et appuyer sur le bouton Power.

4. Patienter quelques instants, jusqu’à ce que les LED Power et Wi-Fi se stabilisent. A ce stade, la connexion internet n’est pas encore établie.

5. Utiliser le câble réseau pour connecter un ordinateur au routeur ou se connecter en Wifi avec les informations indiquées sous le routeur :

  • SSID = nom du réseau
  • Wireless Password = clé de sécurité réseau, mot de passe pour s’y connecter

Logiquement, la connexion wifi indique qu’il n’y a pas d’internet. C’est évident puisque l’on n’a pas encore configuré l’accès par la carte SIM ni le code PIN pour la déverrouiller.

6. Ouvrir un navigateur internet et saisir http://tplinkmodem.net ou http://192.168.1.1 pour arriver sur la page de configuration du routeur TP-Link.

7. L’assistant demande de définir un mot de passe pour accéder au routeur. Si un autre écran s’affiche, s’identifier avec « admin » (login) et « admin » (mot de passe).

8. La carte SIM est verrouillée (locked).

9. Aller dans le menu Advanced, Network et PIN Management pour indiquer le code PIN fourni par l’opérateur mobile. Cocher « Auto unlock PIN » pour que le code PIN soit gardé en mémoire et que la connexion se refasse automatiquement après un redémarrage du routeur TP-Link TL MR6400.

10. Il est facile de modifier le nom du réseau wifi et son mot de passe. Aller dans le menu Basic, Wireless.

  • Network Name (SSID) : nom du réseau
  • Password : mot de passe, clé de sécurité pour se connecter au wifi

Les autres options comme le type de sécurité WPA/WPA2 par défaut, sont accessibles par le menu Advanced, Wireless et Wireless Settings.

11. Une fois ceci configuré, on peut aller sur la page d’accueil (menu Advanced, Status) pour voir la qualité du réseau 3G / 4G proposée. On retrouve ces informations moins détaillées dans le menu Basic, Network Map.

12. Connecter un premier appareil au réseau wifi ainsi créé (smartphone, tablette, ordinateur, caméra de surveillance). Le débit internet sera le maximum offert par la connexion 3G / 4G du routeur, dans la limite de quantité de données du forfait mobile (20Go, 50Go, 100Go, selon l’abonnement souscrit). Attention aux installations en zone frontalière.

Catégories
Intermédiaire Téléchargement Windows 10

Créer une clé USB d’installation de Windows 10 1909 November 2019 Update

Fin d’année 2019 ou début 2020. Vous avez besoin d’installer le système d’exploitation sur un nouvel ordinateur fraichement assemblé ou acheté, ou besoin de réinstaller Windows sur un PC défaillant. Pour ordinateur portable, unité centrale, PC avec écran tactile, ce tutoriel explique comment créer une clé USB avec l’installation complète de Windows 10 version 1909, November 2019 Update. C’est gratuit et légal de télécharger Windows 10, Microsoft offre la possibilité à chacun d’avoir une installation de W10, seule l’activation nécessite une licence payante. Et donc, cette licence s’achète. Vous pouvez utiliser le formulaire de contact pour avoir un devis pour une licence Windows 10 Famille ou Professionnel.

Il faudra utiliser une clé USB de minimum 8Go. Il est aussi possible d’utiliser un disque dur externe mais cela n’est pas recommandé car on va gaspiller un gros disque pour un simple setup d’installation. C’est néanmoins possible mais dans les deux cas, clé USB et disque externe, tout le contenu sera effacé car l’opération décrite ci-dessous va formater le support.

Dans le cas d’une simple mise à jour de Windows 10 « ancienne version » vers la 1909, voir ce tutoriel par Windows Update ou en forçant la manipulation. Les nouveautés de Windows 10 1909 sont décrites ici.


Télécharger une clé USB pour installer Windows 10 November 2019 Update (1909)

1. Brancher une clé USB de 8Go minimum sur un port USB de l’ordinateur. Cette clé sera totalement effacée durant l’opération donc penser à sauvegarder les fichiers importants avant de suivre ce mode d’emploi.

2. Télécharger l’outil Microsoft Windows 10 1909 Media Creation Tool :

Télécharger “Windows 10 November 2019 Update 1909 - Media Creation Tool” Windows10-1909-CreationTool.exe – Téléchargé 12992 fois – 18 Mo

3. Ouvrir le fichier Windows10-1909-CreationTool.exe

4. Accepter le contrat de licence du logiciel.

5. Sur l’écran « Que voulez-vous faire ? » , choisir « Créer un support d’installation (clé USB, DVD ou fichier ISO) pour un autre PC » et Suivant (les écrans sont maintenant en blanc).

6. Valider la langue (français), l’édition de Windows 10 et l’architecture (x64 64bits, x86 32bits ou les deux : laisser ce qui est proposé si vous ne savez pas) :

7. Cliquer sur « Disque mémoire flash USB » puis sur Suivant :

8. Choisir le lecteur USB à utiliser pour créer le support d’installation de W10 1909 (qui sera entièrement effacé) :

9. Le téléchargement démarre immédiatement. Suivent la préparation du setup et la copie des fichiers sur la clé USB sélectionnée.

10. Un moment plus tard, la clé USB est prête avec un setup d’installation de Windows 10 dans sa version 1909 November 2019 Update.

11. On peut renommer la clé pour changer son nom par défaut (ESD-USB), par exemple pour « Windows10-1909 » ou « W10-1909 » :

12. La clé USB peut maintenant être proprement éjectée pour ensuite être utilisée comme support d’installation pour réparer un PC en panne, changer un disque dur par un SSD rapide ou pour installer Windows sur un nouvel ordinateur qui ne dispose pas d’un système d’exploitation.

Catégories
Intermédiaire Windows 10

Forcer la mise à jour Windows 10 1909 (novembre 2019)

La mise à jour de novembre 2019 de Windows 10 peut s’installer automatiquement par Windows Update : voir ce tutoriel Windows Update 1909). Si l’assistant Microsoft ne propose pas la mise à jour au téléchargement, on peut simplement la forcer pour obliger Windows 10 à passer en update 1909.

Ce tutoriel explique comment forcer le téléchargement et l’installation de la mise à jour 1909 pour Windows 10. Elle s’applique à tous les ordinateurs équipés de Windows 10, une mise à jour gratuite et légale. Inutile de chercher un download cracké sur un site de torrent ou newsgroup puisque Microsoft offre un logiciel gratuit pour télécharger cette update. Ce guide pour télécharger Windows 10 1909 est facile à suivre et la mise à jour est 100% gratuite, de manière officielle. Les documents personnels (documents, vidéos, musiques, photos…) ne seront pas supprimés ni modifiés mais une sauvegarde préventive est conseillée.

Le correctif November 2019 Update est une mise à jour majeure moins importante que la 1903 de Mai 2019, le temps d’installation sera considérablement réduit par rapport à l’édition précédente. S’il fallait par exemple 2 heures à votre machine pour passer en 1903, la 1909 devrait s’installer en environ 30 minutes. Une raison à cela, l’absence de grosses modifications puisque la liste des nouveautés de W10 1909 est assez réduite par rapport aux updates antérieurs.


Forcer la mise à jour Windows 10 1909 November 2019 Update

1. Télécharger l’utilitaire Microsoft de mise à jour Windows 10 Novembre 2019 Update :

Télécharger “Windows 10 November 2019 Update 1909” Windows10-1909-Update.exe – Téléchargé 9228 fois – 6 Mo

2. Ouvrir le fichier Windows10-1909-Update.exe et accepter l’avertissement Windows.

3. Un écran blanc s’affiche avec « Mettre à jour vers la dernière version de Windows 10 » : cliquer sur le bouton « Mettre à jour maintenant » :

4. Félicitations, votre PC est compatible après analyse de la place disponible sur le disque dur, la quantité de mémoire vive (RAM) de l’ordinateur et le type de processeur. Cliquer sur « Suivant » ou patienter quelques secondes.

5. Le processus de mise à jour commence. La préparation démarre par le téléchargement de l’update. Un premier pourcentage indique la progression du téléchargement de la mise à jour, le second recommence à zéro pour l’opération de mise à jour de Windows.

6. Après la préparation automatique de la mise à jour, un compte à rebours s’affiche pour laisser un délai de 30 minutes avant le redémarrage de l’ordinateur. C’est le moment de fermer tous les programmes ouverts et de cliquer sur « Redémarrer maintenant » afin de laisser Windows 10 se mettre à jour en version 1909 Update Novembre 2019. Le PC sera bien sûr indisponible durant cette phase de travail, prévoir jusqu’à quelques minutes pour retrouver un ordinateur opérationnel.

7. Un moment plus tard, on retrouve l’écran de saisie du mot de passe Windows et l’écran d’accueil de Windows 10. Les icônes sont toujours présentes sur le Bureau et l’image de fond n’a normalement pas été modifiée. Tous les programmes sont encore en place, aucun changement non plus sur le paramétrage des logiciels et les fichiers personnels.

8. On peut vérifier le numéro de version W10 dans les propriétés du Système : clic droit sur le bouton Démarrer, Système :