Les images sont étonnantes mais ce n’est pas un effet de mode. Des skieurs et biathlètes se parent de bandes colorées sur le visage durant ces Jeux Olympiques d’hiver. Il ne s’agit pas d’un tatouage tribal ou d’une trace de peinture comme les Indiens qui partaient à la guerre mais d’une simple protection pour la peau.

On les voit avec des bandes bleues, noires ou beiges sur les joues, le front et le nez. Des morceaux de taping qui n’ont rien à voir avec un potentiel effet antiride. En effet, si la neige est artificielle sur les pistes, le froid est bien là. Avec du -20°C en journée, ressenti jusqu’à -28°C en raison du vent glacial, il faut se protéger du froid. Et la sensation est encore pire avec la vitesse, les skieurs de descente peuvent se brûler le nez et les pommettes à cause de ce froid extrême.

équipe de france biathlon ski JO 2022

Un médecin de l’équipe de France confirme l’intérêt de ces bandes de tape pour protéger le visage du froid. La pratique avait déjà étonné il y a quatre ans à Pyeonchang mais cela surprend encore aujourd’hui.

« On les met en général quand il fait vraiment froid ou quand il y a du vent. Ça permet de nous protéger et c’est vraiment très efficace ». Et d’ajouter : « On les place sur les zones sensibles comme le front, le nez ou les pommettes. Cela nous permet de rester un peu plus au chaud et de ne pas trop subir le froid. »

La biathlète française Anaïs Chevalier-Bouchet :

JO 2022 Anais Chevalier Bouchet biathlon ski