Le 04 avril 2022, les experts du climat de l’ONU ont publié un nouveau rapport pour proposer des solutions afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ces préconisations ont pour objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius.

Remplacement des énergies fossiles, réduction de la demande énergétique, captage de CO2, limitation des émissions de méthane, les pistes sont nombreuses et nécessaires pour limiter les effets de l’activité humaine sur la planète.

Si ce troisième rapport est intéressant à lire, voici un résumé en dix points clés à retenir de ce rapport du GIEC, du constat aux solutions.

1. Les émissions anthropiques totales nettes de GES (gaz à effet de serre) ont continué d’augmenter au cours de la période 2010-2019. Les émissions annuelles moyennes au cours de la période 2010-2019 n’ont jamais été aussi importantes dans l’histoire de l’humanité.

2. Pour limiter la hausse des températures à +1,5°C en moyenne à la fin du siècle, les émissions mondiales de carbone doivent être réduites de moitié d’ici 2030 par rapport aux niveaux actuels.

3. Les ménages dont le revenu se situe dans les 10% les plus hauts (au niveau mondial) sont à l’origine de 34 à 45% des émissions mondiales de GES. Ceux dont les revenus se situent dans les 50% inférieurs contribuent à hauteur de 13 à 15% (deux à trois fois moins).

4. Il existe désormais, dans tous les secteurs et toutes les régions, des options permettant de réduire nos émissions au moins de moitié d’ici à 2030, ce qui est nécessaire pour éviter les pires conséquences du changement climatique.

5. La consommation de charbon doit diminuer de 76% d’ici 2030 et disparaitre avant 2050. Un défi pour certains pays dont le charbon représente une part importante de source de production d’énergie, même en Europe.

6. Nous devrions prématurément fermer les infrastructures pétrolières et gazières d’ici 2050 et encore plus direct : ne plus rien construire de nouveau qui exploite les énergies fossiles.

7. Les investissements financiers mondiaux doivent au moins tripler pour financer la transition écologique.

8. Les choix individuels seuls ne peuvent répondre que partiellement à la réduction nécessaire des GES. En revanche, mettre en place des politiques et infrastructures adéquates facilite et incite les citoyens à changer, avec ou sans subventions.

9. Il faut réduire la consommation de produits d’origine animale pour atteindre les objectifs climatiques.

10. Sobriété, efficacité énergétique, innovation, les solutions existent et le GIEC est catégorique : à terme, agir coûtera moins cher que l’inaction.

Pour aller plus loin dans la compréhension du GIEC

Infographie du CPLC pour mieux comprendre les objectifs du GIEC

 

Une vidéo du Réveilleur qui vulgarise les rapports du GIEC