Le géant du jeu vidéo Activision Blizzard King est racheté par Microsoft pour un montant faramineux : 60 milliards d’euros. L’éditeur de Call of Duty et de World of Warcraft passe donc sous le giron du concepteur de la Xbox, ce qui fait aussi de cet investissement une crainte pour la concurrence de perdre des franchises à succès dans les années à venir.

C’est en 2007 que la fusion entre Activision et Vivendi Games a lieu. Un géant qui fait aujourd’hui vivre 10 000 salariés dans le monde et édite les jeux vidéo les plus populaires. Citons ces quelques jeux qui sont maintenant propriété de Microsoft : World of Warcraft, Call of Duty, Diablo, Candy Crush, Hearthstone, Overwatch, Crash Bandicoot, Tony Hawk, Starcraft, Pet Rescue…

C’est avec 68,7 milliards de dollars (60 millards d’euros) que Microsoft a pu s’offrir l’entreprise du jeu vidéo. Un investissement colossal pour le créateur du système d’exploitation Windows qui a déjà, par le passé, sorti le carnet de chèques pour signer des acquisitions à 10 chiffres :

  • Skype en 2011 pour 8,5 milliards de dollars
  • LinkedIn en 2016 pour 26,2 milliards de dollars
  • Nuance Communications en 2021 pour 19,7 milliards de dollars

Avec cet investissement gigantesque, Microsoft devient la troisième société du jeu vidéo en terme de chiffre d’affaires, derrière Tencent (Riot Games, Supercell, Epic Games) et Sony. En septembre 2020, la division Xbox avait déjà acquis ZeniMax (Doom, Fallout) après avoir déjà englouti Mojang (Minecraft), Obsidian (The Outer Worlds), Ninja Theory (Hellblade) ou encore Double Fine (Psychonauts).

Quelle stratégie pour Microsoft ? Créer un gigantesque catalogue de jeux vidéo pour ses consoles Xbox et les ordinateurs sous Windows. Des titres dont l’entreprise peut conserver l’exclusivité ou faire payer plus cher la conversion sur d’autres plateformes, essentiellement pour contrer son concurrent Sony et sa PlayStation.

De plus, avec son Game Pass, Microsoft se positionne en tant que Netflix du gaming. Avec un abonnement mensuel, le joueur peut utiliser son PC, sa console ou son smartphone et goûter à tous les titres possédés par la firme de Richmond.

Alors qu’Activision Blizzard connaissant des troubles économiques, ce rachat confirme l’engouement du public pour ses titres phares, Call of Duty en tête qui conserve sa place de numéro un des ventes de jeux vidéo. Enfin, les joueurs restent impatients quant à la sortie future de Diablo IV et Overwatch 2, des nouveautés maintes fois repoussées. Les fans peuvent donc garder espoir, Microsoft ne va pas tuer dans l’oeuf ces projets très prometteurs en terme de ventes.